Haut de Page       Accueil

ACCUEIL    SOMMAIRE    ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

OPINIONS

-  01/12  -  Paris (AFP) - Le syndicat de la magistrature (SM, gauche), réuni à Nice pour son 51e congrès, a publié un rapport au vitriol sur l'état de la justice française, dénonçant notamment sa "vampirisation" par le ministère de l'Intérieur sous la houlette du "télévangéliste" Macron.
-  "Du ministère de la Justice, rien n’émanera qui n'ait été au préalable annoncé à l’Élysée", estime le syndicat dans un "rapport moral" de huit pages où il explique vouloir "décrypter les projets" politiques du gouvernement et défendre "une vision de gauche du rôle et du fonctionnement de la justice
-  "Ce nouvel exécutif pratique la concentration au sommet et le télévangéliste devenu président est tout sauf un novice et impose un verrouillage quasi total", argue ce syndicat connu pour son militantisme.
-  "Les concertations orchestrées pour la fin de l'année devront être bouclées dans l'urgence pour accoucher - ô surprise - des propositions présidentielles pour la justice. (
SUITE) Et nos interpellations pour que la place Vendôme pèse sur des sujets concentrés à l'Intérieur, de l'antiterrorisme à la dépénalisation des stupéfiants, ne suscitent que des silences gênés", déplore le syndicat.  (L’OBS)

-  10/12  -   Amnesty International : « M. Macron, c’est le moment d’exiger la fin de la colonisation israélienne. Vous recevez ce 10/12 le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu. Vous n’êtes pas sans savoir qu’Israël mène une politique de colonisation contraire au droit international avec  des conséquences dramatiques sur le quotidien de 600 000 palestiniens
privés de droits fondamentaux : travailler, aller à l’école, être soignés, avoir accès à l’eau potable ou à l’électricité. Celles et ceux qui dénoncent la colonisation sont systématiquement réprimés.
Vous n’êtes pas sans savoir non plus que le 10/12 est la journée internationale des droits de l’Homme
 et que cette colonisation illégale est une violation flagrante des droits humains.
La France et la communauté internationale ont régulièrement condamné la colonisation sans en demander clairement l’arrêt.
A vous, Monsieur le Président d’exiger de Benyamin Netanyahu  la fin immédiate de la colonisation. »
-  10/12  -  Trump, Macron : même combat  - (Extraits) « Si l'on regarde de plus près les politiques menées, on est frappé par les similitudes. Trump comme Macron viennent de faire adopter des réformes fiscales extrêmement proches, et qui, dans les deux cas, constituent une incroyable fuite en avant dans le mouvement de dumping fiscal en faveur des plus riches et des plus mobiles.
-  Récapitulons. Aux Etats-Unis, le Sénat a validé les grandes lignes du plan Trump : le taux de l'impôt fédéral sur les bénéfices des sociétés sera réduit de 35  % à 20  % (avec, en outre, une amnistie quasi complète pour les profits rapatriés des multinationales) ; un taux réduit d'environ 25  % va être institué pour les revenus des propriétaires de sociétés (en lieu et place du taux supérieur de l'impôt sur le revenu de 40  % applicable aux plus hauts salaires) ; et l'impôt sur les successions va être fortement réduit pour les plus hautes fortunes (et même totalement supprimé dans la version adoptée par la Chambre).
-  Voici ce que cela donne du côté de Macron et de la France : le taux de l'impôt sur les sociétés va être réduit ...
De Thomas Piketty  -  © Le Monde, 10/12, p23.
-  23/12  -  « Raphaël Pitti, professeur de médecine d’urgence, médecin humanitaire, écrit au Président de la République pour l’avertir qu’il refuse sa promotion d’officier dans l’ordre de la Légion d’honneur pour protester contre un accueil des migrants indigne des valeurs et de l’histoire de la France. (Libération, 22/12, p24). Citations : « (votre) politique, aussi légitime soit-elle, ne saurait réussir sans un versant humaniste. Sans âme, votre politique resterait sans réussite » « Huit mois après, la réponse de l’Etat n’est pas à la hauteur des enjeux. 60 000 migrants ont été accueillis en 2016 dans des conditions indignes de notre République » « Le versant sécuritaire de ce ministère (de l’Intérieur) a aujourd’hui pris le pas sur l’accueil et l’intégration… » « A qui fera-t-on croire, monsieur le Président, que la France ne peut pas prendre sa part, sa véritable bonne part, de cette fameuse et désormais tristement fameuse « misère du monde » ? (SUITE) « A qui fera-t-on croire, monsieur le Président, qu’accueillir se résume à tolérer plutôt qu’à intégrer, et que seules les personnes susceptibles d’obtenir un asile pourrait in fine prétendre à recevoir un traitement digne et non dégradant : Agressions des gens en transit sur notre sol et auxquels on ne permet pas de satisfaire les besoins les plus fondamentaux tels que l’accès à l’eau, à la protection et à la sécurité, aux toilettes, au chauffage, à un couchage. On préfère les reléguer au statut d’ombre, dans les jungles, les forêts, les montagnes, allant jusqu’à condamner ceux qui auraient la bienveillante idée de les secourir. » « …je vous restitue cette promotion pour conserver ma liberté de vous accompagner de mes critiques et de mes propositions dans un combat au service de notre prochain » « Et pour un bon Noel, je vous demande de décider durant cette période de grand froid de suspendre toute mesure coercitive et de prendre les mesures urgentes de mise à l’abri de toutes les personnes en situation de fragilité. Il s’agit d’honneur, monsieur le Président. »

 -  01/01/18  -  Le grand aveuglement. Le 27 novembre dernier, l'Europe décidait d'autoriser le glyphosate - herbicide si controversé - pour cinq nouvelles années. Et cela, quelques jours après que 15 000 scientifiques avaient lancé un cri d'alarme sur l'état de notre planète. Mais pourquoi la cause écologique a-t-elle tant de mal à trouver un véritable écho ?
 
ELLE : Comment expliquez-vous que l'appel des 15 000 scientifiques n'ait pas eu plus d'effet ?
Raphaël Glucksmann. Face au danger pour la planète, nous sommes dans un déni collectif. Ceci est dû entre autres au zapping permanent d'informations dans lequel nous vivons. Le 14 novembre, on s'enflamme tous au sujet du péril écologique et quelques jours après, on se passionne pour le mariage du prince Harry... On reçoit aujourd'hui tellement d'infos qu'on n'est plus capable de les hiérarchiser, de définir des priorités. Un buzz en remplace un autre. C'est vertigineux.

RG : Pris dans ce tourbillon, nous ne parvenons plus à être vraiment touchés par les problèmes majeurs, sérieux, qui se posent à nous, et donc à nous engager. C'est notre capacité même à être citoyen qui est remise en cause. Un vrai péril pour notre démocratie. À notre image, les politiciens sont incapables de bâtir des politiques de long terme. Pourtant, on ne peut pas attendre que les catastrophes surviennent pour se mettre à agir.

RG : Il est nécessaire de sortir de cette spirale où l'on consomme toujours plus d'infos, de façon de plus en plus rapide. L'écologie est l'occasion d'en prendre conscience. Elle n'est pas seulement une lubie de bobos qui veulent manger bio. Elle peut nous aider à réhabiliter la notion de bien commun, de temps long, d'engagement. Il faut que nous cessions d'avoir seulement un rapport superficiel au monde, où rien ne nous semble vraiment grave. L'écologie nous permet malheureusement de réapprendre le tragique, le fait que certains problèmes menacent réellement notre existence. Elle implique une révolution mentale. (ELLE du 8/12)