()  -   12/02/19  -  L’UNICEF appelle au respect des droits de 13,5 millions d’enfants déracinés en Afrique. Dans le cadre du Plan d’action africain pour les enfants et les jeunes déracinés, l’UNICEF a demandé notamment aux gouvernements de protéger les enfants en déplacement contre la violence, la maltraitance, l’exploitation et la traite, de renforcer les mesures de protection transnationale, de mettre fin à la détention des enfants migrants, de préserver l’intégrité des familles et donner un statut juridique aux enfants et de faire en sorte que tous les enfants migrants ou déplacés poursuivent leur scolarité et accèdent à des services de qualité, dont ceux de santé, sans discrimination fondée sur leur statut juridique. (https://www.vivafrik.com/2019/02/12/lunicef-appelle-au-respect-des-droits-de-135-millions-denfants-deracines-en-afrique-a24484.html)

10/02/19  -  Baptisée Nyumba ntobu (« La maison des femmes »), une tradition du peuple Kuria permet aux femmes de se marier entre elles et de s’affranchir du patriarcat. En Tanzanie, 70 % de la population est entièrement dépendante de la terre pour pouvoir survivre. Or, selon la tradition, les femmes ne peuvent ni posséder ni hériter de terres. Pour s’affranchir de cette règle, les femmes du peuple Kuria, dans le nord du pays, utilisent une coutume baptisée Nyumba ntobu (« La maison des femmes »), c’est-à-dire le mariage entre femmes. Ainsi, elles peuvent conserver leur propriété et vivre en toute indépendance des hommes, dans un pays où 78 % des femmes ont été abusées sexuellement, physiquement ou psychologiquement par leur mari. (https://www.lemonde.fr/afrique/video/2019/02/10/tanzanie-un-mariage-entre-femmes-qui-defie-la-tradition_5421673_3212.html)

30/01/19  -  Mali, Centrafrique, RDC… Pourquoi les conflits s’enlisent en Afrique ? Pour Alexandre Liebeskind, du Centre pour le dialogue humanitaire, il faut en finir avec les systèmes de gouvernance hérités de la tradition des Etats-nations européens. En Centrafrique, au Mali ou encore au Soudan du Sud, les conflits de ces dernières années ont fait des milliers de morts. Pourtant, des accords de paix ont été signés dans ces pays entre Etat et belligérants. (https://www.lemonde.fr/afrique/video/2019/01/30/mali-centrafrique-rdc-pourquoi-les-conflits-s-enlisent-en-afrique_5416834_3212.htmlComment expliquer la persistance des violences ? Pourquoi les processus de paix sont si difficiles à faire aboutir ? Alexandre Liebeskind, directeur Afrique francophone du Centre pour le dialogue humanitaire, analyse les ressorts de ces échecs. Coumba Kane  (https://www.lemonde.fr/afrique/video/2019/01/30/mali-centrafrique-rdc-pourquoi-les-conflits-s-enlisent-en-afrique_5416834_3212.html)


28/01/19  « Décoloniser les savoirs sur l'Afrique » « La réalité africaine, si complexe et si dense, est constamment tronquée, simplifiée à souhait, par un ensemble de paradigmes qui construit le continent comme un vide, comme un manque, qu'il faudrait combler  » Pour décoloniser les savoirs, il faudrait avant tout réapprendre à décrire le réel, de manière très minutieuse et rigoureuse. Un passage nécessaire pour ne pas plaquer à tout prix des concepts inadaptés sur les réalités africaines. (http://afrique.lepoint.fr/culture/ecole-doctorale-des-ateliers-de-la-pensee-decoloniser-les-savoirs-sur-l-afrique-28-01-2019-2289443_2256.php)

22/01/19  -  SENEGAL. Rencontre avec Aminata Sow Fall, pionnière de la littérature francophone. La romancière sénégalaise Aminata Sow Fall, 77 ans, est l’une des auteures majeures de la littérature francophone. Dans ses romans, traduits dans plusieurs langues, elle scrute les travers de la société sénégalaise, à travers les abus des puissants et les stratégies de survie des pauvres. Parmi ses œuvres les plus célèbres, on peut citer La Grève des bàttu, porté au cinéma par Cheikh Oumar Sissoko en 2000 et présélectionné pour le Goncourt 1979. Dans un entretien au Monde Afrique, elle revient sur quarante ans d’écriture. (https://www.lemonde.fr/afrique/video/2019/01/22/rencontre-avec-aminata-sow-fall-pionniere-de-la-litterature-francophone_5412972_3212.html)

 

18/01/19 -  Comment aider les pays les plus pauvres à lutter contre le changement climatique ? Le défi est de taille. De nombreuses régions connaissent des tempêtes, des inondations et des épisodes de sécheresse plus sévères et plus fréquents. D’après le dernier rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), même en supposant que l’on parvienne à contenir l’élévation de la température mondiale en dessous de 2 °C, les conséquences de ce scénario seraient bien plus lourdes que les effets d’un réchauffement limité à 1,5 °C. Etant donné que l’évolution du climat va déplacer les terres agricoles productives, à l’horizon 2050, l’Asie du Sud pourrait compter 40 millions de migrants climatiques internes, et l’Afrique plus de 86 millions. (https://www.vivafrik.com/2019/01/18/la-lutte-contre-le-changement-climatique-dans-les-pays-les-plus-pauvres-a23341.html)

 

17/01/19  -  En Afrique, la forte croissance économique peine à réduire le chômage et la pauvreté.  Pour éviter le piège de l’économie informelle et le chômage chronique, l’Afrique doit s’industrialiser et créer de la valeur ajoutée pour ses abondantes ressources agricoles et minérales », plaide M. Adesina. « Sans changement structurel significatif, la plupart des emplois créés le seront probablement dans le secteur informel, où la productivité et les salaires sont bas et le travail précaire, rendant l’objectif d’éradication de l’extrême pauvreté d’ici à 2030 difficile à atteindre », met en garde le rapport. (https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/01/17/en-afrique-la-forte-croissance-economique-peine-a-reduire-le-chomage-et-la-pauvrete_5410643_3212.html)

 

09/01/19  -  Le « solar cow project » se repose en fait sur une station de recharge en forme de vache exploitant l’énergie solaire pour faire le plein d’énergie. Cette construction, fortement saluée à Las Vegas, pourrait renforcer la scolarisation en Afrique de manière ludique pour les enfants. L’idée est dans un premier temps d’en installer dans les écoles africaines. Ensuite, les écoliers recevront tous une batterie portable en forme de bouteille de lait, la « Power Milk ». En arrivant à l’école, ils la brancheront à la vache solaire, et elle se rechargera ensuite tout la journée. Ils pourront ainsi repartir de l’école avec une batterie pleine d’énergie. (https://siecledigital.fr/2019/01/09/un-projet-vache-solaire-pour-apporter-lelectricite-en-afrique/)

 

08/01/19  -  300 millions de personnes en Afrique subsaharienne n’ont accès à l’eau potable, ont déclaré des experts lors d’une conférence à Londres la semaine dernière…L’eau contribue directement aux objectifs de santé, tels que la réduction de la mortalité infantile, de la santé maternelle et des décès dus au SIDA en réduisant la propagation des maladies liées à l’eau…L’accès à l’eau propre contribue également à promouvoir l’égalité des sexes (parce que la collecte des eaux de surface est perçue comme un travail des femmes et peut prendre jusqu’à six heures par jour) et à atteindre l’éducation universelle (les enfants manquent souvent d’école parce qu’ils doivent aller chercher de l’eau). Les experts ont souligné que l’eau souterraine, présente dans les cavités rocheuses sous la surface de la terre, est la seule option réaliste pour augmenter l’approvisionnement en eau dans les zones rurales de nombreux pays africains…Les solutions de remplacement, telles que les eaux de surface des rivières et des étangs, sont souvent contaminées et peu fiables. Cependant, il existe de nombreux défis techniques et financiers pour trouver et fournir de l’eau souterraine (https://www.vivafrik.com/2019/01/08/lacces-a-leau-potable-en-afrique-rurale-est-inadequat-a21933.html)

 

-  31/12/18 -  Ce qu’il faut retenir de l’année 2018 en Afrique. (https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/12/31/ce-qu-il-faut-retenir-de-l-annee-2018-en-afrique_5403928_3212.html)

 

-  28/12/18  -  Kenya : des Jeux Olympiques Masaï pour protéger les lions (https://www.linfodurable.fr/environnement/kenya-des-jeux-olympiques-masai-pour-proteger-les-lions-8740)

 

-  25/12/18  -  Cameroun : Les enfants travaillent dans les chantiers d’or. Le phénomène, pourtant réprimé par les lois et autorités locales, impacte le taux de scolarisation dans les localités aurifères de la région de l’Est. A l’école publique de Bangbel, dans l’arrondissement de Bétaré-Oya, le directeur interrogé par VivAfrik, affirme qu’« à la fin du 2ème trimestre 2018, sur les 380 élèves régulièrement inscrits en début d’année scolaire, 180 avaient disparu et choisi d’aller creuser l’or. Plus grave, pendant plus de la moitié du 3ème trimestre, l’école est restée fermée par manque d’élèves ».
Pour expliquer ce phénomène, riverains et autorités locales rapportent qu’à la base, il y a des questions de survie qui touchent aussi bien les enfants que leurs parents. Ces derniers, également touchés par le virus du gain facile dû à l’attractivité de l’activité aurifère, n’ont plus la maîtrise de leur progéniture. (
https://www.vivafrik.com/2018/12/25/deperdition-scolaire-au-cameroun-les-enfants-travaillent-dans-les-chantiers-dor%ef%bb%bf-a21556.html)

 
-  24/12/18  -  L’Afrique subsaharienne (ASS) pourra-t-elle nourrir ses 2 milliards d’habitants à l’horizon 2050 ? Ce sera le cas si des politiques agricoles volontaristes sont rapidement mises en place. Mais elle ne sera pas pour autant autosuffisante. 

Si elle voulait y parvenir, il faudrait pour cela que la productivité agricole fasse plus que tripler, ou que l’espace cultivé augmente de 80%. Il faudrait aussi que le nombre d’actifs agricoles n’augmente que de 20%. Or selon une étude la demande en produits alimentaires va être multipliée par 2,6 à l’horizon 2050 en Afrique subsaharienne. Problème: la production agricole pourrait ne pas suivre ce rythme soutenu. (https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/la-dependance-alimentaire-de-l-afrique-subsaharienne-pourrait-s-aggraver-a-lhorizon-2050_3111421.html)

 

-  17/12/18  -  Le risque d’une cybercolonisation du continent était au cœur d’un forum organisé par l’Unesco à Benguerir, au Maroc, les 12 et 13 décembre. le Forum sur l’intelligence artificielle en Afrique était la première d’une série de rencontres sur ce sujet que l’agence onusienne veut porter. Parce que c’est dans ses missions et parce que la dimension éthique de la quatrième révolution est essentielle pour éviter à l’Afrique d’être la proie des géants du Net.  -  L’IA, c’est « le levier qui permettra au continent de se hisser au rang des pays du Nord », une sorte d’accélérateur de développement qui fera oublier que l’Afrique a fait l’impasse sur les deux premières révolutions, l’industrielle et la postindustrielle. Ou bien les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ou les chinois Baidu, Huawei, Alibaba, Tencent et Xiaomi mettront la main sur les données produites par le continent et s’engraisseront sur son dos. « C’est ce qui nous menace si l’Afrique ne sait pas s’organiser à l’échelle continentale », « J’entends que l’IA est un vrai potentiel pour l’Afrique, que c’est la solution pour sédentariser la jeunesse africaine, mais c’est loin d’être vrai partout. » -  « On ne veut pas d’une IA que le Nord nous imposerait. Il faut pouvoir développer des réponses à nos besoins spécifiques en tenant compte de la nature des changements sociaux importés. » -   L’IA permettrait d’inventer la médecine dont le continent a un besoin urgent : « Nous surveillerons mieux l’état de santé des patients, nous pourrons lancer des alertes précoces en cas d’épidémie et offrir des téléconsultations dans les zones sans médecins. Avec l’IA, ce n’est plus le malade qui ira vers le médecin mais la médecine qui ira vers le patient, et à des coûts abordables pour les pays. » - « l’IA est aussi un levier pour sauver nos forêts, construire de nouvelles solidarités et améliorer nos systèmes éducatifs » (https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/12/17/intelligence-artificielle-l-afrique-face-aux-geants-du-net_5398882_3212.html)
 

DROCOURT NATURE vous parle un peu
du Ciel, de la Planète,
des Hommes ET DES ANIMAUX

L’ AFRIQUE
Infos récentes

Commentaires  -  Références     

(La SUITE des HUMAINS par SOMMAIRE ou par ACCUEIL ou par la LISTE des pages Humains)

Ci-dessus  -    Les HUMAINS  -   LES PAYS  :  L’AFRIQUE

 LES PAGES DU SITE  :  Lien vers chaque page + Date de la dernière info