L’HOMME  -  LES HUMANITAIRES
Les infos Précédentes

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

Zone de Texte: -  24/06/17  -  Aujourd’hui près d’un Français sur 5 est seul juste à côté de vous. Plus de 5 millions de personnes souffrent de solitude et d'isolement en France.  Des gens exclus, abandonnés, qui se sentent souvent inutiles et qui vivent en grande souffrance. Les raisons sont multiples, familiales, avec l’exemple des personnes âgées qui n’ont plus de lien avec quiconque, ou sociales, comme pour ces mères célibataires confrontées à la précarité et ces personnes de la rue que les passants ne voient plus.
Soyons attentif à notre environnement et aux signes de détresse. Visitez une personne âgée que vous n’avez pas vu depuis quelques jours, ayez un geste auprès des personnes en situation de précarité dans la rue. Signer cette pétition c’est soutenir les bénévoles de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, entre autres, dans leurs actions auprès de ceux qui souffrent et c’est aussi signe d’engagement pour lutter contre la solitude et l’isolement. (https://www.mesopinions.com/petition/social/ensemble-luttons-contre-solitude-france/30875)
-  01/07 -  Le Kasaï, nouvelle terre de massacres en République démocratique du Congo. Un reportage du Monde.. Tout a commencé le 12 août 2016 avec l’assassinat de Jean-Prince Mpandi, le sixième « Kamuina Nsapu », chef coutumier des Bajila Kasanga. Depuis, cette province de la République démocratique du Congo (RDC) a basculé dans l’horreur avec des centaines de morts, 42 fosses communes découvertes par les Nations unies et plus d’un million de déplacés. De fait, le Kasaï a dépassé en violence l’est du Congo. En dix mois, le conflit entre les adeptes du chef coutumier Kamuina Nsapu, opposant déclaré au président de la République, Joseph Kabila et les forces de sécurité a touché cinq provinces. La répression de l’armée congolaise a été implacable, mettant au défi les Nations unies. (Jugement aujourd’hui contre des militaires)      Lire aussi :   Joseph Kabila au Kasaï : un voyage qui vise à affirmer que la situation est sous contrôle   -  Au Kasaï, un conflit coutumier qui dégénère en sale guerre  -   Les charniers du Kasaï, stigmates des maux congolais   -  Violences au Kasaï : Kinshasa cède à l’ONU pour une enquête mais veut garder la main 
-  01/08  -  Enfants en rétention : signez notre pétition.  Un jour, au réveil, ils sont interpellés par la police avec leur famille. Ils se préparaient pour l’école, mais leur journée bascule dans la peur.  Après des heures dans un véhicule de police, ils sont enfermés dans un centre de rétention administrative, pour ainsi dire, une prison !  Derrière le grillage, ils n’ont plus de liberté, sont parfois séparés d’un de leurs parents, côtoient des adultes menottés, sont déscolarisés et vivent dans la peur d’être expulsés. Oui, en France, des enfants subissent ce traitement traumatisant au seul motif que leurs parents n’ont pas leurs papiers à jour et sont menacés d’expulsion. Alors qu’Emmanuel Macron vient de prendre ses fonctions à la tête de l’État, La Cimade en appelle à une grande mobilisation citoyenne avec ses partenaires le Réseau Éducation sans frontières (RESF), la Ligue des droits de l’Homme (LDH), l’Anafé, le MRAP, le Syndicat des avocats de France (SAF), France terre d’asile et l’ASSFAM. Pour cela, la France est régulièrement condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme et pointée du doigt par le Comité des droits de l’enfant des Nations unies. 
-  01/08  -   Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport publié hier l’usage «routinier» du gaz poivre par la police contre les migrants à Calais, y compris pendant leur sommeil, des accusations formellement démenties par les autorités. Le gaz poivre cause «une cécité temporaire de fortes douleurs oculaires et des difficultés respiratoires, qui durent en général de 30 à 40 minutes», souligne le rapport. «On est dans des pratiques qui s’inscrivent dans la routine, sans qu’il y ait de sanctions, alors que ce sont des abus graves », contraires au code de déontologie policière et aux traités internationaux relatifs aux droits de l’Homme, dénonce HRW-France. Ce rapport fait écho aux inquiétudes d’associations liées au durcissement des forces de l’ordre à l’égard des migrants revenus à Calais après le démantèlement de la «Jungle» en octobre. «En dépit d’appels répétés de nos organisations à rétablir le respect du droit à la frontière avec l’Italie, le gouvernement persiste à maintenir des contrôles qui bafouent la loi française et les droits des personnes migrantes et réfugiées», affirment Amnesty International, la Cimade, le Secours catholique, Médecins sans frontières et Médecins du monde dans un communiqué commun. ( 27/07 L’Indépendant,  France)
-  01/09  -   Vieillissement et dépendance : la France est-elle dans le déni ? .  Après 117 jours, la grève a pris fin à l'Ehpad des Opalines dans une indifférence quasi générale. Le problème de la dépendance des personnes âgées demeure un sujet peu abordé en France : sommes-nous dans le déni ? Ça n’intéresse personne ? Un reportage du journal Le Monde et la visite de deux députés avait tout de même permis au personnel de témoigner de leurs conditions de travail et des conséquences sur les résidents. Des cadences infernales obligeant à réduire les temps de soins :« La douche hebdomadaire, c’est rare qu’on la tienne » confessait l’une des grévistes. Or la situation de cet Ehpad serait loin d’être une exception. Un manque de moyen structurel dénoncent les acteurs, qui révèle peut-être un problème plus général de prise en charge de nos seniors en France. (Quelles politiques publiques ? Aidants et Séniors. Qui paie quoi ?. Des chiffres. Le label Humanitude.) -  Dans les P.O.
-  01/10  -   Avec le massacre des Rohingyas en Birmanie, ressurgit le spectre d'une oppression des populations musulmanes présente également dans d'autres pays, et depuis longtemps. Oppression liée au statut minoritaire des communautés musulmanes et à l’islamophobie. La carte des musulmans persécutés dans le monde en tant que représentants de l'islam chiite, alaouite, alévi, druze, montre que l’oppression relève d’une instrumentalisation de la question minoritaire en général. Les minorités en général sont des leviers géopolitiques qui permettent la déstabilisation des états, la création de boucs émissaires, la formation de relais d’influence. Et aussi d’une tendance plus large que l’on caractérise aujourd’hui d’islamophobie. On peut observer, par exemple, que les violences contre les Rohingyas tiennent à l'important potentiel de ressources en pétrole et en gaz naturel présent dans l’État Rakhine , en Birmanie, où ils vivent. Et aussi à leur ethnie d'origine, bengali : Reportage.  Israël, classé parmi les pires pays du monde au regard de l'hostilité sociale à l'encontre de certaines communautés religieuses, au même titre que l'Irak ou le Yémen. En Europe, une montée du sentiment antimusulman, Cf l’IRIS (Observatoire géopolitique du religieux) ; Bernard Godard (Bureau Central des Cultes du Ministère de l’Intérieur). Camille Renard  (France Culture)
-  01/11  -  Les entreprises n'hésitent plus à attaquer les chercheurs en justice. Après les ONG et les lanceurs d'alerte, c'est au tour de la communauté scientifique de faire l'objet de procédures abusives en diffamation. Une instrumentalisation de la justice qui met à mal la liberté d'expression.  Ainsi Laurent Neyret, professeur d’Université: On lui reproche un article scientifique. Il a été relaxé et le groupe Chimirec condamné à 20 000 euros de dommages et intérêts pour procédure abusive. Le tribunal est allé plus loin encore en appel, estimant que le seul fait de poursuivre en diffamation un article “tel que celui rédigé par Laurent Neyret est une atteinte à sa liberté d’expression". La décision est importante : elle fera jurisprudence. Et ce jugement renforce la liberté d'expression des chercheurs.
Ce genre de pratiques a un nom : les "procédures-bâillons". “Leur objectif n’est pas de gagner quoi que ce soit,  mais de faire taire”, En France, cela fait désormais quelques années que les enseignants-chercheurs font l’objet de plainte en diffamation ..
-  01/12 -  « La Cimade a dénoncé début novembre le doublement du nombre de personnes détenues en centre de rétention administrative par rapport à la même période l’année dernière : 1 058 personnes contre 569 (dont des familles avec enfants). 
- La première explication, la plus fondamentale, c’est l’annonce claire par le gouvernement de la volonté d’utiliser encore plus qu’auparavant les centres de rétention, pour tenter d’expulser plus de personnes. Je dis bien «tenter». On fait déjà le constat depuis des années d’une utilisation abusive de la rétention.
- Le deuxième élément, un facteur qui a accéléré l’enfermement, c’est l’attentat de Marseille. Dans sa suite immédiate, le gouvernement a donné des instructions très claires aux préfets pour multiplier la rétention. On a noté une très nette accélération à partir de ce moment-là. Or ce n’est pas en enfermant à tour de bras en rétention qu’on va améliorer la lutte antiterroriste. Et ça revient à considérer les personnes qui ne sont pas en règle en France comme une menace.  
-  "La masse de migration, c'est une masse diplômée, car le Sud est de plus en plus éduqué." Hervé Le Bras
-  01/01/18   -  Il faut s'attaquer à ce qui restreint les possibilités économiques des plus pauvres dit Martin Ravallion (Extraits) Pour l'économiste australien la lutte contre la pauvreté et les inégalités a certes progressé dans le monde et réduit le nombre de gens très pauvres (1 dollar/jour, ou 0.85 €). Mais un examen des données révèle que les inégalités dans un même pays tendent, en moyenne, à croître, et par ailleurs que la hausse du niveau de vie des plus pauvres ne bouge pas. Les politiques publiques doivent s'attaquer à ces problèmes moralement inacceptables qui entravent l'action publique, Les grandes inégalités sapent les conditions d'une croissance économique durable. Ces conditions ne laissent guère d'espoir aux pauvres de pouvoir bénéficier des nouvelles sources de richesse et de contribuer à les générer. S'amorce alors un processus de croissance inéquitable qui  perpétue la pauvreté de génération en génération. (http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/12/15/l-absence-de-consensus-autour-des-inegalites-entrave-l-action-publique_5230191_3234.html)
-  Le fléau des inégalités frappe fort et partout dit Fausto Munz : 116 chercheurs économistes alertent (étude nouvelle basée sur des enquêtes) sur les disparités de patrimoine et de revenu partout dans le monde. « Entre 1980 et 2016, les 1 % les plus riches du monde ont capté 27 % de la croissance mondiale » et les 50 % les plus pauvres en ont capté 12 % sur cette même période. Ces écarts de revenu illustrés par la fameuse « courbe de l’éléphant » (En Russie par exemple, les 1 % de personnes aux patrimoines les plus élevés détenaient en 2015 43 % du patrimoine total des ménages russes, contre 22 % en 1995). Dans l’Union européenne, les politiques éducatives et salariales sont « plus favorables aux classes moyennes et populaires » La réduction des inégalités ne se fera pas de manière naturelle. Cet objectif requiert « d’importants changements de politique fiscale au niveau national et mondial ». Les chercheurs recommandent « l’impôt progressif » un « registre mondial des titres financiers », (La Croix, le 14/12/2017)  (https://www.la-croix.com/Economie/Monde/Le-fleau-inegalites-frappe-fort-partout-2017-12-14-1200899528)
-  18/01/18  -  « Lettre ouverte au préfet, au maire de Perpignan, aux propriétaires de locaux vacants.   -  Nous sommes en hiver, des gens dorment dans la rue, dans le froid, la saleté, le danger, parce qu’ils n’ont pas les moyens de se loger, parce qu’ « il n’y a pas de place pour eux à l’auberge » -  Nous sommes en hiver, des hommes, femmes, enfants, sont priés de dégager des logements qui les abritaient parce que leur demande d’asile a été rejetée. Ils ne peuvent pas retourner dans leur pays qui ne veut plus les accueillir. Ou bien, ils ne le veulent à aucun prix, parce que dans leur pays, disent-ils « sûr » ils risquent la mort.  -  Monsieur le préfet, n’avez-vous pas vu tous ces immeubles vides ou à moitié, appartenant à l’Etat ou à des collectivités? Qu’attendez-vous pour les réquisitionner comme vous en avez le droit et le devoir quand des personnes sont sans abri? En Meurthe et Moselle, le préfet l’a fait, lui!  -  Monsieur le maire de Perpignan, n’avez-vous pas vu tous ces immeubles vides appartenant à des particuliers? Qu’attendez-vous pour instaurer la taxe sur les locaux vacants comme vous en avez la possibilité?  -  Mesdames et Messieurs possédant des immeubles dans Perpignan, vides, certains depuis des années, et pour lesquels vous payer des impôts fonciers parfois bien élevés, ne croyez-vous pas qu’il serait judicieux de les mettre à disposition de personnes sans logis ? Elles les entretiendraient, au moins, en y habitant !  -  Pourquoi ne pas essayer ? Préfet, élus, propriétaires, vous avez les moyens d’agir, qu’attendez-vous ? Françoise Marill (TC, p6)
-  01/02/18  -  A Ouagadougou,  Raïssa Compaoré, Journaliste et activiste.
Depuis 2014, Raïssa Compaoré est devenue une figure de la lutte citoyenne pour la paix et la justice sociale au Burkina Faso.
-Il y a des mots qui n’ont pas de prise sur elle, qui glissent sur son corps comme le harmattan qui traverse le ciel du Burkina Faso. La fatalité et les injustices, Raïssa Compaoré les balaie d’un revers de main. Pour cette authentique indignée, il y a toujours un coup à tenter pour protéger les siens.  -  -Janvier 2016. Ouagadougou essuie une attaque terroriste inédite revendiquée par Al-Qaida au Maghreb islamique. Au restaurant Cappuccino, l’attentat a fait 30 victimes. « J’étais choquée. Les jours passaient, j’attendais qu’un leader d’opinion se manifeste pour rendre hommage aux victimes. » Ne voyant rien venir, elle décide de s’en charger. (Ludivine Laniepce, (La Croix du 25/01, p27) (https://www.la-croix.com/Journal/A-Ouagadougou-rempart-solidaire-2018-01-25-1100908587)
[A noter aussi : 12/01: Les athées égyptiens, cible des autorités  -  12/01: Relancer l’enseignement du fait religieux à l’école  - 13/01:  Muhammad Yunus, chantre du « social business »  -  30/01: « Lettre à Bendjebel » d’Etienne Huc, ancien appelé d’Algérie.]

  Les infos

Anciennes
sur l’humanitaire

Simples notes

de lecture

Vous êtes ici : Accueil  » Humanitaire  Récent  »  Infos Précédentes