ACCUEIL    SOMMAIRE    ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

Divers Politique

-  11/09  -  INDEPENDANCE-  Le Parlement catalan a adopté le soir du 6 septembre une loi instaurant un régime juridique exceptionnel, afin de permettre la tenue d'un référendum d'autodétermination de la Catalogne le 1er octobre, ce qui est contesté par le pouvoir espagnol.
Le Parti populaire espagnol (PP, la droite conservatrice et franquiste d’inspiration) s’est opposé au statut d’autonomie dès son adoption, et a saisi le Tribunal constitutionnel en 2006. Ce dernier, dans un arrêt rendu le 28 juin 2010, annule finalement 14 des articles de ce statut. Au sein de la population catalane, la réaction est alors vive et massive. Et se développe un sentiment de trahison. “Provocation”, titre en une le quotidien La Vanguardia au lendemain de la décision. Avec le slogan "Nous sommes une Nation, nous décidons nous-même", un million de personnes défilent à Barcelone (près d’un habitant sur sept de la région) pour protester. C’est la première d’une série de manifestations en faveur du « droit à décider » des Catalans. Le mouvement pour l’indépendance est une réaction au malaise contre le Parti populaire et le gouvernement central. Et ce malaise démocratique s’est ajouté la crise économique, estime Gabriel Colomé  -
 « Attention, la Catalogne est moins riche que Madrid ou le pays basque », précise Jordi Vilanova, « mais il ne s'agit pas de ne pas aider les régions plus pauvres : nous avons simplement un problème de réinvestissement de nos services publics que nous ne pouvons plus payer. Les impôts ponctionnés sur la Catalogne et redistribués aux régions sont amputés de 16% lorsqu'ils nous reviennent, ce qui est énorme. Transports, santé... ne sont plus assez financés ».
12/09  -  L’Espagne panique devant les aspirations de la Catalogne à son indépendance. On entend parler de manœuvres militaires ! ? Le parquet espagnol a demandé à  la police d’empêcher le processus de référendum. Elle s’en prend aux autorités, aux fonctionnaires catalans qu’elle est en train de révoquer : destitution du responsable de l’éducation, etc.  La présidente du parlement catalan promets que la Catalogne se défendra. « Tous les maires de la région prêts à organiser le référendum d'autodétermination sont "cités à comparaître en tant que mis en examen". Au cas où un maire ne répondrait pas, le parquet  général de Madrid demande "d'ordonner son arrestation" pour qu'il comparaisse. » (On ne peut s’empêcher de se rappeler de mauvais souvenirs !!!). L’Espagne, où la tentation franquiste est toujours présente, se révélerait-elle contre le droit international  (voir plus bas) qui permet  à chaque peuple de s’exprimer librement ? « La Catalogne représente 15% de la population de l'Espagne avec 7,5 millions d'habitants sur 47 millions, et produit 20% du PIB national.  Elle a longtemps réclamé plus d'autonomie avant d'être tentée par l'indépendance. 70% des habitants de Catalogne sont favorables à la tenue d'un scrutin, selon les sondages, mais moins de la moitié (?) d'entre eux sont partisans de l'indépendance. » Cette panique démesurée de Madrid c’est peut-être de la « fierté » mais  cela ressemble un peu à de l’arrogance!  L’Espagne ne perd-t-elle pas l’occasion d’être moderne, et d’être plus forte avec  l’aide de toutes ses régions, plus libres de se développer ? Cet autoritarisme n’est plus de mise aujourd’hui. C’est bien triste ! En tant qu’européen, et défenseur de la liberté, on se sent Catalan, non ?
-  14/09  :  PUIGDEMONT : « C’est une barbarie que de demander la citation des maires » TV Catalane (439).
-  Ce jour , la campagne pour le OUI est lancée.
15/09  :  « Je n’ai aucun problème à comparaître devant la justice : je n’ai commis aucun délit. La loi catalane encadre le référendum et ces menaces vont sans doute faire augmenter l’adhésion au vote », assure Miquel Buch, maire de Premia de Mar (PdeCAT) et président de l’Association catalane de municipalités…(Le Monde)
-  15/09  -  « A  Tarragone, les  Catalans dénoncent le « néofranquisme » de Madrid. Selon Antoni Castella député régional, « Ils ont levé le masque » lance-t-il aux 8000 personnes, venues le 14/09 assister au lancement officiel de la campagne. « Tout ce bruit médiatique, judiciaire, militaire, policis er qui menace est le bruit de leur monde qui s’effondre » dit Quim Arufat, un dirigeant de CUP » (Le monde, p4)
16/09  -  Plus de 700 des 948 maires de Catalogne ont affiché, samedi 16 septembre à Barcelone, leur détermination à organiser un référendum d’autodétermination. Brandissant solennellement leur bâton de maire, les quelque 700 édiles rassemblés au siège du gouvernement régional ont chanté l’hymne catalan, « Els segadors », tandis qu’une foule de manifestants, souvent munis de drapeaux indépendantistes, leur criaient de l’extérieur : « Nous sommes avec vous ».
-  « À deux semaines du référendum d'autodétermination de la Catalogne, l'Espagne dit n'écarter « aucune option » pour empêcher le référendum » Radio Canada
-  20/09  : Les manifestants pro-indépendance reprochent à l'Espagne de ne pas respecter les principes démocratiques : des milliers de partisans de l'indépendance ont afflué devant le département des Affaires économiques, dénonçant les "forces d'occupation".  Arrestation de 14 responsables, confiscation de matériel de vote, perquisition au siège de l'exécutif régional, gel des finances de l'exécutif catalan. Le gouvernement menace d'invoquer la loi de sécurité nationale qui lui permet par décret d'assumer les compétences du gouvernement catalan. Le gouvernement "a suspendu de facto l'autonomie de la Catalogne et appliqué de facto un état d'urgence", a affirmé ce mercredi le président catalan Carles Puigdemont après ces arrestations, accusant le gouvernement espagnol d'être "totalitaire" et de violer les "droits fondamentaux". 
-  « Le gouvernement espagnol a fait un coup d’état contre la Generalitat de Catalunya (gouvernement catalan). De manière illégale et en violation de leurs propres règles, la Garde civile est rentrée en force dans divers ministères et arrêté des hauts responsables, une douzaine. La gravité de ces faits est immense. »
--  « 
Comunicat del PEN Català davant dels fets gravíssims del 20S
Profunda preocupació des de Lviv (Ucraïna), on el PEN Català està participant al Congrés mundial del PEN Internacional. Demà està previst que l'Assemblea, amb més de 100 delegats de tot el món, aprovi  dues resolucions que denuncien diverses violacions dels drets fonamentals per part del Govern espanyol.  Com a PEN defensarem, en aquests moments tan tristos i inconcebibles, el dret a la llibertat, el respecte als drets humans i als drets dels pobles a decidir el seu destí. » 
« Si on fait de l’indivisibilité un élément indépassable, si on s’arc-boute sur la Constitution, on prend le risque d’aller contre la démocratie. On ne peut pas traiter ces demandes d’indépendance pacifiques comme on traitait les mouvements indépendantistes violents, c’est pour ça que le gouvernement espagnol se retrouve en décalage. La stratégie de Madrid est politiquement destructrice et contre-productive : les mouvements indépendantistes se radicalisent, et les indépendantistes gagnent toutes les élections depuis la fin du franquisme… Cela montre bien que la transition espagnole n’a pas été complète, et que le cas de la Catalogne aurait dû être réglé lors de la chute du franquisme »
-  21/09  :  L’Europe commence à réagir.
à Bruxelles, Angleterre, Allemagne où ils ont même évoqué Franco!!!!,

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Zone de Texte:  -  TRIBUNAL INTERNATIONAL DE JUSTICE DE LA HAYE :

« Nous déclarons qu’il n’existe , en Droit International, aucune Loi qui interdise les déclarations unilatérales d’indépendance. Nous déclarons que quand il y a contradiction entre la légalité constitutionnelle d’un Etat et la volonté démocratique, cette dernière prévaut sur l’autre, et nous déclarons que dans une société démocratique, contrairement à une dictature, ce n’est pas la loi qui détermine la volonté des citoyens, mais c’est cette dernière qui crée et modifie, quand c’est nécessaire, la légalité en vigueur. »
  .
<===  Sentence du  22/07/2010
Zone de Texte: -  « Le 1er Octobre, nous les écrivains catalans, nous voterons aussi.
Nous sommes écrivains.  Nous travaillons avec les mots afin de nous exprimer et de construire des images où nous puissions nous reconnaître, et dans lesquelles se reconnaissent les lecteurs. Notre but est celui-là, et de le faire autant que nous en soyons capables, c’est-à-dire avec la plus grande liberté. C’est pour cela que nous sommes souvent parmi les premiers à réclamer la liberté d’expression et à veiller à ce qu’elle soit observée.
Maintenant le moment est venu d’agir. Nous sommes aux portes du 1er Octobre et le gouvernement de la Catalogne a demandé aux citoyens d’exprimer, par référendum, s’ils veulent que le pays soit un état indépendant sous forme d’une république ou qu’il continue à être une communauté autonome espagnole. Nous, en tant qu’écrivains, cet appel nous interpelle aussi bien qu’à la majorité de nos concitoyens.
Mais il nous interpelle encore plus, si c’est possible, du moment que nous constatons comme réagissent tous les ressortissants de l’état espagnol. Leur réponse –hyperbolique, isolée,  d’un hyper légalisme histrionique, d’un suprémacisme mité- a commencé par faire impossible le débat politique serein. Et maintenant, ils attentent sans scrupules contre la liberté d’expression et autres droits fondamentaux.
Nous ne pouvons accepter qu’on fouille les imprimeries et les moyens de communication, qu’on interdise des actes publics, qu’on intimide ceux qui travaillent pour qu’ils puissent décider de notre futur collectif. Pour cela nous appelons à participer au référendum du prochain dimanche 1er Octobre. Que chacun vote ce qu’il veut.  Mais maintenant ce qui est en jeu n’est plus seulement l’avenir du pays. Nous nous y jouons aussi   la liberté d’expression, la dignité d’être des citoyens de plein droit. C’est pour cela que les écrivains voteront. »  (L’AELC, le 16/09/2017)