Haut de Page       Accueil

ACCUEIL    SOMMAIRE    Infos : ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL  -  Adresses

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

 

ECOLOGIE  -  NATURE
Les Infos Récentes  de la page d’Accueil

sont complétées sur cette page-ci,

-  17/06  -  « Lorsque le bio devient de moins en moins bio Que mangeons-nous vraiment ?
Dans son essai « Les tambours de Gaïa se sont réveillés », paru en novembre 2013, Dominique Guillet, =>
fondateur de l’association Kokopelli
a lancé un pavé dans la mare. « En Europe et en Amérique du Nord, la plus grande partie des distributeurs d’aliments « biologiques » ont été rachetés par les grands cartels de l’agroalimentaire : Nestlé, Cargill, Coca-Cola, etc. Lima et Danival ont été rachetés par Hain Celestial, derrière lequel se cache l’argent de Monsanto, Walmart, Philipp Moris, City Group et Martin Lockeed.  - 
En France encore, acheter les produits bios de Bonneterre, de Bjorg, d’Evernat, d’Allos, de Tartex, d’Alter Éco… c’est participer à la prospérité du Hollandais Royal Wessanen, l’un des grands groupes européens de l’agroalimentaire. En France encore, 95 % des légumes bios commercialisés sont  (
SUITE ) produits à partir de semences de variétés hybrides F1 ;

ce qui signifie que le consommateur bio, par exemple, a une “chance” sur deux d’acheter un melon bio “Monsanto/Bayer/Syngenta” puisque ces trois groupes de la chimie possèdent la moitié des 250 variétés de melons inscrites dans le catalogue national du GNIS ». »
=> (
Critiques sur l’auteur)
24/06 - Nicolas Hulot veut accélérer la lutte contre le réchauffement climatique : Nous allons probablement rehausser nos propres objectifs de réduction d'émission de gaz. En tout cas les accélérer dans le calendrier",  Le nouveau ministre français de la Transition écologique a également signifié que le gouvernement allait "mettre fin à toute nouvelle autorisation de permis d'exploitation de nouvelles ressources d'hydrocarbures". Il a par ailleurs précisé  vouloir "très rapidement travailler sur des financement innovants", y compris la taxe sur les transactions financières, un véritable "serpent de mer" dont la discussion est au point mort en Europe. La France veut réduire de moitié sa consommation d'énergie d'ici à 2050 et donc, "mécaniquement", des centrales nucléaires seront fermées. (SUITE)
Revenant sur la décision américaine de se retirer de l'accord de Paris sur le climat, M. Hulot a jugé qu'il ne fallait pas céder au "
catastrophisme", "l'économie bas carbone, qui sera le modèle dominant, est en marche, cette transition est irréversible". En revanche, le retrait américain pose de graves problèmes en termes de financements prévus pour venir en aide aux pays les plus touchés par les effets du réchauffement climatique
01/07  -  La nomination de Nicolas Hulot a-t-elle tué les écologistes ?  On en débat avec l'eurodéputé Yannick Jadot.
« ..Cette nomination est une bonne nouvelle. On ne peut pas attendre 5 ans. Il faut qu’on arrive à intervenir, malgré les membres peu  ou très peu écologistes du gouvernement.  La transversalité de son ministère est intéressante.  ND des Landes, la loi énergétique, le futur Grenelle, un vaste chantier !. Le nucléaire réduit à 50% ?  Nicolas est de gauche complètement.
Pour soutenir Nicolas il faut des députés écologistes. Le Président semble en retrait malgré cette nomination. C’est pas gagné !
Débat à suivre avec 
Actu-Environnement.com)
01 08  Grace à la technologie « Blockchain » un particulier pourrait vendre l’énergie solaire de son installation photovoltaïque à d’autres acteurs qu’EDF ! Cette technologie permet de stocker et transmettre des informations de manière transparente, sécurisée et sans organe central de contrôle. Depuis 2003, la concurrence existe dans le marché de l’électricité. Mais pour un particulier qui a fait le choix d’une production d’électricité à partir de sources renouvelables, EDF est le seul acheteur possible, avec un prix fixé de façon unilatérale.
SolarCoin, monnaie numérique basée sur la technologie Blockchain, a pour objectif de promouvoir l’autoproduction solaire par les particuliers dans un marché désintermédié d’achat et vente d’électricité. Les producteurs reçoivent un SolarCoin pour chaque mégawattheure produit. Aujourd’hui cela est possible grâce à un prix concurrentiel de l’énergie solaire par rapport aux énergies fossiles traditionnelles, et au stockage de l’énergie à l’aide de batteries au lithium , couplée à un réseau « Smart Grid ».
Dans l’avenir, avec cette technologie, un particulier serait en mesure de n’acheter que de l’énergie solaire à des producteurs particuliers. (A.Gigleux, p61,
Environnement & Technique, n°371 (Actu-Environnement) )
-  Un comité ministériel au Chili, lequel est le principal producteur de cuivre au monde, a rejeté le projet minier et portuaire Dominga qui menaçait une réserve naturelle hébergeant 80 % de la population mondiale de manchots de Humboldt,  une espèce en danger d’extinction. Mesurant jusqu’à 70 centimètres de hauteur, les manchots de Humboldt se distingue de celui de Magallanes par son unique bande noire sur le haut de la poitrine.
Le projet Dominga du conglomérat chilien Andes Iron inclut la construction d’un port et l’installation de mines à ciel ouvert.
« Nous ne sommes pas contre le développement économique, ni contre les projets nécessaires à la croissance du pays, mais ceux-ci doivent répondre de manière adéquate des impacts qu’ils peuvent engendrer », « Dans ce cas, la réponse n’était pas adéquate », a déclaré le ministre de l’environnement pour justifier le rejet du projet Dominga.
01 10  -  Recul du nucléaire : La construction de 91 réacteurs a été abandonnée entre 1977 et 2017. Et le prix du MWh offert par les trois centrales éoliennes offshores sélectionnées par le gouvernement est jusqu'à 38% moins cher que celui de l'EPR d'EDF à Hinkley Point. ! Le nucléaire est descendu à 10,7% du mix énergétique mondial l'an dernier, contre 17,6% en 1996. La Chine investit 18 milliards dans l'atome, mais 100 milliards dans les sources renouvelables…Voir la photographie saisissante du recul.
-  L'accident nucléaire de
Fukushima, suite au séisme et au tsunami en 2011, a entrainé l’arrêt de nombreuses centrales japonaises jugées trop vulnérables En 2015, Taïwan et la Californie ont annoncé leur future sortie du nucléaire, et le Chili a suspendu les programmes en cours. Le rapport pointe aussi que dans plusieurs pays développés et émergents (Brésil, Chine, Inde, Japon, Pays-Bas), l'éolien à lui seul fournit davantage d'énergie que l'atome. (Voir)
-  01/11  -  astronomie et écologie : "Quel rapport peut-on établir entre l'astronomie et l'écologie ?"
!"https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/forum-srs-hubert-reeves-de-l-astronomie-a-l-ecologie_116961
-  01/12  -  Climat : 6 raisons de ne pas désespérer. (Extraits) Des dynamiques poussent à rester optimiste. « S’il on en croit la pléiade d’experts que nous citons les chances de maitriser le changement climatique sont loin d’avoir disparu. Question de mobilisation, d’initiatives étatiques ou civiques, de volonté politique »
-La multiplication des catastrophes naturelles, la reprise à la hausse des émissions de gaz à effet de serre (GES) mondiales (+ 2 % en 2017), l’inquiétude sur une sixième extinction de masse ; l’urgence climatique, dans tout ce qu’elle a de plus inquiétant, ne mobilise pas les foules. Les négociations à la Conférence des parties (COP 23), ne sont guère plus réjouissantes. Les égoïsmes nationaux priment encore sur la nécessaire solidarité planétaire, pourtant
«Agissons plus fort et plus vite», ne cessent de marteler les représentants (SUITE) des 197 pays parties dans l’accord de Paris, et plus de 15 300 scientifiques de 184 pays ont alerté sur la situation de la planète et la nécessité pour les décideurs publics d’agir au plus vite.
On observe aussi que les initiatives se multiplient : investisseurs,  villes,  alliances citoyennes. Une atmosphère bien plus positive règne.
Libération (17/11, p2-5) a compilé six bonnes raisons de ne pas désespérer. De se motiver. Et d’y croire, malgré tout. (SUITE

01/01/18  -  Le « One Planet Summit » organisé par la France pour accélérer la réorientation de la finance vers les projets climatiquement compatibles a été marqué par le désengagement de la Banque mondiale qui a annoncé qu'elle ne financera plus le pétrole et le gaz après 2019 et qu’elle rendra compte des émissions de gaz à effet de serre provenant des projets qu'elle finance. (Résumé de ce sommet pour la planète)
-  La Commission européenne : "Il est temps de déclencher un changement de comportement parmi les acteurs de la chaîne de valeur du secteur financier"
-  35 fédérations européennes et internationales d'assureurs et de réassureurs
alertent qu'ils intègrent désormais les critères ESG dans leurs stratégies d'investissements à long terme. Ces critères ( SUITE ) poussent certains assureurs à se désengager des activités émettrices de carbone. Axa va désinvestir 2,4 milliards d'euros supplémentaires de ses actifs dans le charbon et 700 millions d'euros de ses actifs dans les sables bitumineux. L'assureur s'est appuyé sur la "Global Coal Exit List" pour exclure de son portefeuille les plus gros producteurs de charbon ainsi que les plus gros développeurs de nouvelles centrales à charbon.
-  237 entreprises représentant une capitalisation boursière cumulée de plus de 6.300 milliards de dollars se sont publiquement engagées à prendre de bonnes décisions financières.
225 grands investisseurs institutionnels représentant plus de 26.300 milliards de dollars d'actifs sous gestion vont également faire pression sur les 100 entreprises cotées les plus émettrices de gaz à effet de serre (Total, Engie et EDF en France)
-  23 banques de développement nationales et régionales (Chine, Allemagne, Brésil, Suède, Canada, France, etc) et les fonds souverains se mobilisent pour augmenter les financements dédiés à la mise en œuvre de l'Accord de Paris.
-  Des projets pour lutter contre les effets du changement climatique (
dégradation des terres) Accélérer le transfert de l'innovation agronomique sur le terrain ; financer des projets ayant un impact environnemental et social significatif dans les pays les plus vulnérables. -  100 p. pour l'Afrique dans les domaines de l'eau et du changement climatique. »Florence Roussel (actu-environnement, 12/12/ 2017)
= A savoir : La finance "verte" est-elle une chance pour l’écologie ou un nouveau danger pour la nature ?  "La finance vient de mettre l'économie mondiale au bord du gouffre, ajoute Maxime Combes, économiste et membre de l'association d'Attac. On voudrait confier à cette même finance la gestion de biens communs qui sont essentiels à la survie. Est-ce bien raisonnable?" Les critères flous de la finance verte risquent d'amenuiser la frontière avec des titres financiers plus dangereux, adossés à la nature. La fondation Bill et Melinda Gates s'est, par exemple, engagée à la mobilisation d'un fonds d'au moins 300 millions de dollars pour l'adaptation de l'agriculture au changement climatique mais cette même fondation soutient le développement des OGM. Voir : Pierre Rabhi et Juliette Duquesne, "Les excès de la finance ou l'art de la prédation légalisée .
Pierre-Yves Gomez parle d’hypocrisie de ces entreprises qui prétendent sauver la planète et font de l’optimisation fiscale (qui consiste à gérer les flux de trésorerie interne de manière à payer ses impôts dans les pays où la taxation est la plus faible). On estime à 350 milliards d’€ le manque à gagner pour les Etats ! … (Le Monde 13/01, Idées, p7)

 


Simples notes

de lecture

 

ECOLOGIE 
Infos Précédentes 
Infos
Anciennes