Haut de Page       Accueil

Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

ECOLOGIE  -  NATURE
Infos récentes

-  01/01/18  -  Le « One Planet Summit » organisé par la France pour accélérer la réorientation de la finance vers les projets climatiquement compatibles a été marqué par le désengagement de la Banque mondiale qui a annoncé qu'elle ne financera plus le pétrole et le gaz après 2019 et qu’elle rendra compte des émissions de gaz à effet de serre provenant des projets qu'elle finance. (Résumé de ce sommet pour la planète)  -  La Commission européenne : "Il est temps de déclencher un changement de comportement parmi les acteurs de la chaîne de valeur du secteur financier"  -  35 fédérations européennes et internationales d'assureurs et de réassureurs alertent qu'ils intègrent désormais les critères ESG dans leurs stratégies d'investissements à long terme. Ces critères poussent certains assureurs à se désengager des activités émettrices de carbone.  (https://www.actu-environnement.com/ae/news/one-planet-summit-annonce-climat-finance-30255.php4#xtor=ES-6))
[A noter aussi : La finance "verte" est-elle une chance pour l’écologie ou un nouveau danger pour la nature ? 
Voir : Pierre Rabhi et Juliette Duquesne, "Les excès de la finance ou l'art de la prédation légalisée .
Pierre-Yves Gomez parle d’hypocrisie de ces entreprises qui prétendent sauver la planète et font de l’optimisation fiscale (qui consiste à gérer les flux de trésorerie interne de manière à payer ses impôts dans les pays où la taxation est la plus faible). On estime à 350 milliards d’€ le manque à gagner pour les Etats ! … (Le Monde 13/01, Idées, p7)]
01/02  -  « Le gouvernement envisagerait une réduction plutôt lente de la part du nucléaire, vers un nombre restreint de fermeture de réacteurs : "Personne ne parle de 0% de nucléaire en France". La programmation pluriannuelle de l'énergie a pour but de réduire la part de l'énergie nucléaire à 50% du mix électrique, ce que Nicolas Hulot a confirmé. -  4 scénarios de RTE existent : Les scénarios "Hertz" qui prévoit de ramener à 50% la part du nucléaire en 2030 (27 réacteurs fermés en 2035) et "Watt" qui propose de fermer les réacteurs français dès leur quarantième anniversaire. Les deux scénarios les plus ambitieux en termes de réduction du parc nucléaire.
( la consommation électrique de l'ensemble de l'Europe recule, et en France à cette date elle sera
20% plus basse que celle de 2016).  Faute de demande suffisante en France, EDF devra se tourner vers l'exportation. (17/01, Philippe Collet, https://www.actu-environnement.com/ae/news/ppe-reduction-nucleaire-scenarios-30477.php4)
[
A noter aussi : 17/08: Ecosia, un moteur de recherche "qui plante des arbres" - 17/09: Le vivant s’étiole  -  06/12: Ecophyto : entre 2008 et 2015, l'usage des pesticides a augmenté de 22%  - 11/12: Invention pour nettoyer les océans des plastiques  -  22/01: Pour désamorcer une bombe les bactéries ?]
01/03 - « Des résidus de pesticides dépassant les limites autorisées retrouvés dans des fruits et légumes
-  L'ONG Générations futures a étudié 19 fruits et 33 légumes non bio consommés en France, en se basant sur les données issues des analyses de la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF), portant sur la période 2012-2016.
-  Les
résultats du rapport montrent que 72,6% des échantillons de fruits, analysés sur les cinq années de données, et 41,1% de ceux de légumes, portent des traces de pesticides quantifiables. Les plus touchés sont le raisin (89% des échantillons) et le céleri-branche (84,6% des échantillons). https://www.actu-environnement.com/ae/news/rapport-generations-futures-residus-pesticides-fruits-legumes-analyse-repression-fraude-30702.php4#xtor=ES-6
 
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-30702-rapport-generations-futures-residus-pesticides-repression-fraude.pdf
[
A noter aussi : 02/18: Etat des lieux des résidus de pesticides dans les aliments en France (+ 26/05/15 : Un livre :Pesticides) ;  26/02: « Certains pesticides encore nécessaires » Interfel  -  Et aussi : 07/02: Linky : la Cour des comptes pointe les nombreux défauts du compteur communicant  (+16/01/18: Qu’en est-il des champs électromagnétiques des compteurs communicants ?) ; 09/02: Résistances à l’éolien en mer !;
10/02: Les
métaux rares, questions sur leur exploitation; 19/02: Eolienne terrestre pour endroits isolés ; 23/02: Les panneaux solaires thermiques
-  01/04  -  Le déclin massif de la biodiversité menace l’humanité.
L’érosion continue de la vie sauvage met en danger les conditions de vie des populations, alertent les experts mondiaux de l’IPBES, le « GIEC de la biodiversité ». Partout sur la planète, le déclin de la biodiversité se poursuit, « réduisant considérablement la capacité de la nature à contribuer au bien-être des populations ». Ne pas agir pour stopper et inverser ce processus, c’est mettre en péril « non seulement l’avenir que nous voulons, mais aussi les vies que nous menons actuellement ». Tel est le message d’alerte délivré par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), réunie du 17 au 24 mars à Medellin (Colombie), pour sa 6e session plénière. ( http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/03/23/sur-tous-les-continents-la-nature-et-le-bien-etre-humain-sont-en-danger_5275433_3244.html#7A6Go2u6Oyqk1uGc.99)
[A noter aussi : L’eau « supercritique » et les processus magmatiques liés aux volcans ;  Les pistes pour rendre opérationnelle la stratégie nationale de la biodiversité ;  Et aussi : 22/03 : Le coup de gueule de Nicolas Hulot sur la biodiversité ; 26/03 : La dégradation des terres impacte d'ores et déjà les deux cinquièmes de l'humanité.]
-  01/05  -  La journaliste Élise Lucet nous interpelle à propos de la loi sur « les secrets d’affaires » par cette vidéo. La proposition de loi sur le secret des affaires va être examinée en commission mixte paritaire le 17 mai 2018. Avant, six spécialistes expliquent en vidéos les dangers d’une telle loi pour le travail des chercheurs, des ONG, des journalistes, des lanceurs d’alerte, ainsi que pour le droit fondamental à l’information des citoyens d’une manière générale. Sociétés de journalistes et associations indiquent que la proposition de loi érige « le secret des affaires en principe, et la révélation d'informations d'intérêt public en exception » (…) Une campagne a été lancée par le collectif "Stop secret d'affaires" (https://info.pollinis.org/secrets-daffaires-appel-urgent-elise-lucet/?utm_source=newsletter_716&utm_medium=email&utm_campaign=18mtd-ouv) (http://www.pollinis.org/videos-loi-secret-des-affaires-un-danger-pour-la-liberte-dinformation/)   -  26/05 : Discutée le 24/05, la loi inquiète toujours, mais déjà protège mieux  les lanceurs d’alerte et les journalistes, et pas assez leurs sources. (Le Monde, p7)
[A noter aussi : 26/03, Dégradation des terres pour les 2/5è de l'humanité -  06/04, La suspension de Linky ? -  12/04, Une politique énergétique absurde ?; -  15/04, Alerte scientifique sur les fongicides]
-  Le 19 avril, les députés européens viennent de voter un règlement qui libère les agriculteurs bio ! Désormais, ils pourront vendre leurs propres semences en toute liberté même si elles ne figurent pas dans le « catalogue officiel » des semences « brevetées », créées et vendues par les multinationales de l’agro-chimie. Les semences paysannes traditionnelles peuvent mieux s’adapter aux changements, climatiques notamment et ne sont pas moins productives que les semences industrielles. Le règlement facilite la conversion au « bio », Les exploitations « mixtes » (bio et non bio) ne seront autorisées que si les deux activités sont clairement séparées, avec des mesures « pour éviter la contamination » ; et de vrais contrôles sur le « label bio » » auront lieu (https://www.youtube.com/watch?v=k60Hg8yOpQY)
-  01/06  -  La France vit désormais au-dessus de ses moyens. A partir du 5 mai, la France vit à crédit. Son empreinte écologique se dégrade d'années en années. Le WWF appelle à engager une transition écologique plus ambitieuse.
   Si le monde entier vivait comme les Français, dès le 5 mai 2018 nous aurions déjà consommé l'ensemble des ressources naturelles que la planète peut renouveler en un an. C'est ce que révèle un
rapport du WWF France réalisé en partenariat avec Global Footprint Network. Dans ce monde, l'humanité aurait alors besoin de 2,9 planètes Terre par an pour subvenir à ses besoins contre 1,7 en prenant la moyenne mondiale. Au niveau planétaire, le "jour du dépassement" arrive en effet plus tard : en 2017, il était le 2 août.
   Le 5 mai, la France entre donc en déficit écologique. (
https://www.actu-environnement.com/ae/news/jour-depassement-france-5-mai-wwf-31213.php4)
[A noter aussi : -  25/05: La biodiversité augmente la stabilité de la végétation face aux fluctuations climatiques ; 27/05: Faisant fi du principe de précaution le Fipronil autorisé ; -  28/05: Construire avec et autour de l'arbre ;   -  30/05: Linky, passage en force : France2, le14/06]

04/06  -  Nombreux arbitrages gouvernementaux qui ne vont pas dans le sens de l’urgence écologique : loi Elan en faveur de l'accélération de l’urbanisme au détriment de la lutte contre l’artificialisation des sols, report de l’objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans le mix énergétique d’ici 2025, ou encore feu vert à l’importation de 300.000 tonnes d’huile de palme par le groupe Total ! (https://www.actu-environnement.com/ae/news/gouvernance-macron-bilan-environnement-emission-tv-video-prudhomme-roubet-enmarche-france-insoumise-31398.php4#video&xtor=EREC-107)
-  22/06 -  Projet de loi constitutionnel : "La République assure un niveau de protection de l'environnement élevé et en constante progression, notamment pour la protection de la biodiversité et l'action contre le changement climatique". Telle est la formulation que Nicolas Hulot souhaite voir inscrite dans l'article premier de la Constitution.  Examen par la commission des lois à compter du 26 juin, puis en séance publique à partir du 10 juillet. (https://www.actu-environnement.com/ae/news/Constitution-reforme-environnement-climat-biodiversite-projet-loi-31524.php4#xtor=ES-6)

 

-  01 07  -  L'abattage des grands arbres est particulièrement néfaste à la forêt amazonienne.

Dans la forêt amazonienne, les arbres de plus de 30 mètres résistent mieux aux variations de précipitations que les autres, selon une étude de l'EPFL. Une donnée capitale pour mieux prédire son évolution dans le contexte des changements climatiques.

Francesco Giardina s’est intéressé à la forêt d’Amazonie. Sa recherche a permis d’établir que les arbres de plus de 30 mètres étaient jusqu’à trois fois moins sensibles aux variations de précipitations que ceux de moins de 20 mètres. Ces arbres anciens présentent également une biomasse plus importante. Enfin, ils puisent plus profondément dans les sols leurs nutriments grâce à la longueur de leurs racines, ce qui les rend plus résistants. La forêt amazonienne, immense territoire de 5,5 millions de km2, représente le plus grand puis de carbone au monde ( SUITE de la page d’accueil) et joue pour cette raison un rôle-clé dans la régulation du climat.
La préservation des grands arbres permet à cette forêt tropicale de mieux résister au stress hydrique et aux sécheresses ainsi qu’à toute future variation liée au changement climatique. Elle rappelle aussi que la poursuite de la déforestation aura comme conséquence de davantage la fragiliser.
Pour développer son modèle, Francesco Giardina a allié les précipitations moyennes au sol et la variabilité de l’humidité de l’air, deux données atmosphériques traditionnelles, à une carte montrant toutes les hauteurs d’arbres de la forêt d’Amazonie, allant de 10 à 100 mètres. Il y a associé des données sur leur fluorescence, dérivée de la photosynthèse. La fluorescence se calcule par télédétection grâce aux rayons du soleil que les arbres rejettent sous une autre fréquence dans l’atmosphère. Cette approche a également révélé que les grands arbres étaient plus sensibles à la sécheresse de l’air que les arbres de moins de 20 mètres.
Cette modification méthodologique devrait ainsi apporter plus de précision aux prévisions des chercheurs et pourrait être utilisée pour prédire le comportement d’autres importantes forêts tropicales du globe, à l’instar de celles d’Indonésie et du Congo.
(https://www.swissinfo.ch/fre/les-grands-arbres-essentiels-%C3%A0-la-survie-de-la-for%C3%AAt-d-amazonie/44206686)

[A noter aussi : -  04/06:  -  recommençons-a-habiter-la-terre ; - 11/06:  - Sport et pollution de l’air ; - 14/06 : -  Près de 700 communes et des centaines de milliers d'habitants refusent les compteurs communicants, -  25/06:  -  75% des sols de la planète sont dégradés ; -  28/06 : -  Qualité de l'air : trois nouveaux polluants à surveiller ;]

 


Simples notes

de lecture

 

ECOLOGIE 
Infos Précédentes 
Infos
Anciennes

Vous êtes ici : Accueil   »   Ecologie Récente