Report a problem on the page N°.  Thanks.  -  Signalez un problème sur cette page N°.  Merci.

DOC  :  http://afrique.lepoint.fr/dossiers/ateliers-de-la-pensee/ -  Journée mondiale  - 
Divers : Rendre à l’A.
les objets culturels  -  Avortement interdit  -  Limitation des naissances; les enfants fantomes  -  Dégradation des terres  -  Insécurité alimentaire  -  Serpents  - 

-  18/06  -  « Avant qu’il ne soit trop tard, s’occuper de l’Afrique. (de Jacques ATTALI)
Il m’arrive, assez souvent, dans ces pages, de dire notre responsabilité à l’égard des générations futures, dans bien des domaines, et de penser que, si nous n’y prenons garde, ceux qui seront vivants et actifs en 2050 maudiront ceux qui l’étaient en 2020, pour n’avoir rien fait pour leur épargner l’enfer dans lequel ils seront entrés.
   Cela n’est pas seulement vrai pour le climat, ni pour la dette publique, ni pour l’absence de maîtrise des technologies, en particulier de l’intelligence artificielle ; enjeux encore aujourd’hui parfaitement maîtrisables et qui ne le seront sans doute plus dans 30 ans.
   Mais aussi pour un autre sujet dont on ne parle pas en ces termes : l’Afrique.
Bien sûr, ce continent est dans toutes les conversations, quand il est question de démographie, de pauvreté, de guerre, ou de migrations. Mais voit-on bien que la dynamique qui s’y installe est mortifère pour le monde, et en particulier pour l’Europe ?
   Dans 30 ans, l’Afrique aura plus de 2 milliards d’habitants. Même s’il est vraisemblable que s’y seront développées une classe moyenne et une bourgeoisie aisée, il est aussi certain que, si les tendances actuelles se prolongent, plus d’un milliard de ses habitants souffriront gravement de carences diverses : eau, nourriture, éducation, soin, logement, emploi.
   Il y aura aussi, sur ce continent, beaucoup plus de routes, de trains, d’automobiles, de camions, de trains, de ports et de bateaux, d’aéroports et d’avions qu’aujourd’hui. Les populations seront infiniment plus mobiles qu’elles ne le sont déjà.
   Les plus pauvres, comme les moins pauvres, auront donc de nombreuses raisons et de moyens de déménager vers un des autres continents. Et si seulement un pour cent d’entre eux décident de le faire chaque année, ce sont 200 millions d’Africains qui tenteront l’aventure en une décennie.
L’Asie sera alors le continent en pleine croissance et l’Amérique restera convoitée. Mais le plus vraisemblable est que c’est vers l’Europe que les Africains se tourneront : nous sommes, et seront encore, le continent le plus riche, où il fera le meilleur vivre ; et le plus proche. Aussi, chaque année plusieurs millions d’Africains tenteront de venir vers l’Europe.
   Que se passera-t-il alors ? Que se passera-t-il même bien avant ?
La réaction magnifique du peuple espagnol résistera-t-elle à un afflux de cent, deux cents, 2000 bateaux équivalents à l’
Aquarius ? Les peuples allemand et italiens, si accueillants au début, n’ont pas résisté et sont devenus hostiles. Le peuple français l’est déjà, sans même avoir été aussi généreux que ces voisins.
   L’Europe tentera sans doute alors de se fermer à l’Afrique. La Méditerranée sera parcourue par nos flottes de guerre, qui refouleront ceux qui tenteront de la traverser.
   Certains trouveront cette situation idéale : les Africains, diront-ils, seront forcés de se prendre en main, de maîtriser leur natalité, de développer leur marché intérieur. Et les Européens resteront entre eux.
   Mais, très vite, ils déchanteront : Car, on ne pourra plus avoir avec ces pays des relations équilibrées ; il ne faudra plus espérer en obtenir leurs matières premières, ni leur vendre nos produits. Ils se tourneront vers la Chine et on pourra dire adieu à ces formidables marchés et à la Francophonie.
   De plus les Africains réagiront en trouvant des façons de contourner ces interdits ; et à moins de bombarder ces bateaux de migrants, ils passeront de plus en plus nombreux. Au total, l’Europe y perdra son âme, la démocratie n’y résistera pas, le niveau de vie des Européens sera remis en cause, et nous serons en guerre permanente à nos frontières.
   Pour éviter ce désastre, nous n’avons donc pas d’autres solutions que de comprendre, au plus vite, qu’il est dans notre intérêt de développer massivement ce continent voisin, de l’aider à accélérer au plus vite sa transition démographique ; à organiser l’accueil de migrants à l’intérieur du continent ; et de créer chez nous les conditions d’un accueil, temporaire ou durable et d’une intégration dans nos cultures (qu’ils rapporteront chez eux s’ils y retournent) de millions de personnes venant de ce berceau de l’humanité.
Et pas seulement dans nos équipes de football ».
J@attali.com  (http://blogs.lexpress.fr/attali/2018/06/18/avant-quil-ne-soit-trop-tard-soccuper-de-lafrique/)
-  29/06  -  L’Afrique a besoin d’un nouvel ordre des frontières pour assainir les rapports entre ses Etats. la problématique des frontières est l’une des sources de conflits qui secouent l’Afrique. Il indique que les contentieux territoriaux qui refont surface sur le continent, ont été occultés pendant les premières décennies qui ont suivi les indépendances africaines, à la faveur du principe de l’intangibilité des frontières.
Ce principe censé apporter la paix et la stabilité sur le continent, a été adopté par l’Organisation de l’union africaine (OUA) et par la suite par l’Union africaine (UA). Mais il est de plus en plus remis en cause, dans un contexte global caractérisé par la montée du nationalisme et des revendications identitaires à laquelle l’Afrique n’échappe pas.
Comme alternative à l’intangibilité des frontières, la publication suggère un nouvel ordre qui combine des rectifications négociées, des projets transfrontaliers d’envergure, et des mécanismes de médiation et de règlement des différends basé sur confiance des parties. C’est à ce prix que
« l’UA assurera une intégration effective pour tous les peuples du continent noir ». (https://www.agenceecofin.com/docutheque/2806-58173-l-afrique-a-besoin-d-un-nouvel-ordre-des-frontieres-pour-assainir-les-rapports-entre-ses-etats-selon-ocp-policy-center)
-  01/07  -  Documentaire: les «enfants fantômes», un défi pour l'Afrique (Fr.2018, 52mn) Ils sont 230 millions dans le monde. Des « enfants fantômes », sans état civil, non déclarés par leurs parents à la naissance. Ils ne peuvent pas rentrer en classe de sixième, ne peuvent souvent pas voter. Le phénomène est mondial, mais il touche beaucoup de pays africains comme la RDC ou l'Ethiopie. L'Afrique subsaharienne tout entière est concernée. Un documentaire sur le sujet est diffusé lundi 2 juillet, à 20h30 sur la chaîne LCP puis sur Canal+ Afrique.

C'est un voyage à la rencontre des « enfants fantômes ». D'abord en Casamance au Sénégal, où 20 à 30% des enfants sont nés invisibles. L'idée du documentaire part du livre d'Abdoulaye Harissou, présent lors de la projection.

« Le réalisateur a compris le problème, salue le notaire et juriste camerounais. Il est allé toucher du doigt là où ça fait mal. J'espère que ce film fera prendre conscience aux Etats, aux élites africaines et aux organisations internationales qui doivent apporter leur aide. L'enfant fantôme, c'est un enfant qui n'existe pas. » Dans le documentaire, la journaliste Dominique Tchimbakala de TV5 Monde interroge les enfants, et surtout leurs parents à la recherche des raisons de leur méconnaissance de l'état civil. Il y a cette jeune fille qui attend son acte de naissance pendant trois mois. Sans ce sésame, impossible pour elle de rentrer en sixième. Pour le réalisateur Clément Alline le tournage aura duré trois semaines et il a été « vertigineux ». « On s'apercevait que la tâche était immense et qu'il y a un grand absent, c'est la volonté de l'Etat, la volonté des gouvernements à vouloir vraiment endiguer ce problème », déplore-t-il. Et il est urgent d'agir. D'après l'Unicef, dans l'Afrique subsaharienne de 2030, si rien n'est fait, 115 millions d'enfants seront des « enfants fantômes ».
-  09/07  -  Macron déclare que le sous-développement de l’Afrique est dû aux taux de natalité élevé dans ces pays, il n’a pas échappé au ridicule… Il suffit simplement de jeter un coup d’œil à la densité démographique du continent pour constater que ce n’est pas la démographie qui plombe l’Afrique, c’est le pillage de ses richesses, la corruption de ses dirigeants, la confiscation des ressources nationales par des minorités et une répartition calamiteuse du revenu national. La sous qualification, l’analphabétisme, les tares de l’éducation et les politiques publiques désastreuses réduisent les populations au chômage, à la mendicité et conduisent au détournement de ressources dont les peuples ne profitent pas et qu’ils contrôlent encore moins… L’évolution démographique en Afrique doit s’intégrer dans les politiques publiques des pays africains matérialisées par des plans de développement économique et social, …Avec une population jeune et dynamique, l’Afrique ne subit pas les contrecoups économiques du vieillissement en Europe, elle profiterait bien de ce potentiel de ressources humaines extraordinaire, si ce n’était que le malheur de sa jeunesse vient de la sénilité de ses dirigeants et de leur maintien au pouvoir avec la complicité de pays occidentaux, dont la France. (https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/encore-une-macro-connerie-205864)
-  10/07  -  La BAD a donc lancé l'initiative Desert to power dont le principe est simple : utiliser le potentiel des vastes territoires désertiques aujourd'hui délaissés. Lancé avec le soutien de l'Agence française de développement, ce programme concerne onze pays, à savoir la Mauritanie, le Mali, le Sénégal, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Soudan, l'Érythrée, l'Éthiopie, et Djibouti. S'il a pour objectif principal de fournir de l'électricité aux ménages, il sera également utile aux agriculteurs (notamment pour l'irrigation), ou encore aux artisans. (https://afrique.latribune.fr/entreprises/la-tribune-afrique-de-l-energie-by-enedis/2018-07-10/comment-transformer-le-desert-en-source-d-energie-784533.html)
-  10/07  -  A savoir : magie moderne et savoirs occultes africains.( http://www.lexpressdufaso-bf.com/index.php?l_nr=index.php&l_nr_c=aeb764a6a854dd20beb97ec048c4ac14&l_idpa=8198)
-  12/07  -  Il n’y a aucune fatalité à ce que l’Afrique soit condamnée à utiliser des carburants nocifs fabriqués par des groupes peu scrupuleux, encouragés par des normes laxistes. Il s’agit de carburants de basse qualité volontairement mélangés à des produits chimiques à la toxicité bien connue. Il en ressort un sinistre cocktail de diesel et d’essence extrêmement polluant, émettant de grandes qualités de particules fines et à la teneur en soufre parfois 1 000 fois supérieure aux normes européennes. « Qualité africaine » ils disent !  (https://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2018/07/12/le-scandale-des-carburants-pour-l-afrique_5330416_3232.html)
-  13/07  -  Le président américain, Donald Trump, veut mettre fin aux conflits «haineux et violents» en Afrique. Pour obtenir la paix sur le continent et ailleurs, il faut savoir «montrer sa force», a-t-il dit. «Nous voulons la paix en Afrique. Nous voulons la paix dans le monde entier. C’est mon objectif numéro un. Nous sommes en train de construire une armée gigantesque parce que je crois vraiment que c’est en montrant votre force que vous obtenez la paix» (http://geopolis.francetvinfo.fr/trump-evoque-l-afrique-et-ses-conflis-haineux-et-violents-197601)
-  13/07  -  Le destin du XXIe siècle se jouera largement en Afrique, qu’il s’agisse de démographie, de développement, de réchauffement climatique ou de sécurité. De ce point de vue, le voyage d’Emmanuel Macron en Mauritanie puis au Nigeria est révélateur des défis que doit relever le continent et du double visage qu’il présente. La visite à Nouakchott fut entièrement consacrée à la lutte contre le djihadisme, trois jours après l’attentat-suicide de Gao qui a grièvement blessé quatre soldats français et provoqué de nombreuses victimes civiles. (http://www.lepoint.fr/editos-du-point/les-deux-visages-de-l-afrique-par-nicolas-baverez-13-07-2018-2235805_32.php)
-  14/07  -  L’économie verte : En Afrique, les activités économiques sont principalement fondées sur l’exploitation des ressources naturelles. Mais avec l’ampleur des problèmes liés au dérèglement climatique, la question de la pérennité de ces ressources se pose de plus en plus avec acuité. C’est pour essayer de trouver des réponses à cette problématique que le concept d’économie verte a vu le jour. Elle se caractérise, selon les Nations unies, par l’utilisation rationnelle des ressources, un faible taux d’émissions de carbone et l’inclusion sociale. Ces caractéristiques, difficiles à évaluer, représentent un défi pour son développement quoique de réelles opportunités existent sur le continent africain pour l’éclosion d’une réelle économie verte. (http://adiac-congo.com/content/lafrique-face-aux-enjeux-de-leconomie-verte-86084)
-  15/07  -  La victoire de la France au Mondial 2018 est aussi une victoire pour le continent africain, dont sont originaires 14 joueurs, ce qui représente plus de la moitié de la sélection de Didier Deschamps. (http://www.parismatch.com/Actu/Sport/L-Afrique-aussi-championne-du-monde-de-Foot-1562489)

 

 

 

 

 

 

 


    ACCUEIL    SOMMAIRE    Infos :  ASTRO   NATURE   HOMMES   ANIMAUX   A-CORRIDAS   PERPIGNAN   E-MAIL  -  Adresses

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

       - 2 -   L’ AFRIQUE            ( - 1 - )   

Vous êtes ici : Accueil  »   L’Afrique 1   »   L’Afrique 2

Maitriser sa natalité?  Oui, mais est-ce la  démographie qui plombe d’abord l’Afrique ou le pillage de ses richesses, la corruption de ses dirigeants, la confiscation des ressources nationales par des minorités et une répartition calamiteuse du revenu national ?