Haut de Page       Accueil

DIVERS :  Renseignements  -  Lexique Mooré  -  « Frontières » Film d’Apolline Traoré

DROCOURT NATURE vous parle un peu du Ciel,
de la Planète, des Hommes ET DES ANIMAUX

              -   2 -   Le Burkina Faso                      (- 1 -)

-  06/03/2018  -  Pourquoi le terrorisme islamiste se développe au Burkina ? Les assaillants du double attentat qui a eu lieu vendredi à Ouagadougou sont pour la plupart burkinabés. L’opinion de Lazare Ki-Zerbo, philosophe burkinabè  et vice-président de l'association Dialogue sans frontières. « Je pense que pour comprendre cela, il faut se référer à beaucoup d’aspects qui sont en fait des dysfonctionnements structurels que l’on a eu peut-être tendance à négliger dans nos Etats. Vous savez, il y a quarante ans, en 1978, le Burkina Faso était presque un modèle de démocratie, avec une élection avec ballotage. Aujourd’hui, nous avons un paysage complètement différent. Pourquoi ? C’est qu’il y a eu un certain nombre de facteurs. Il y a eu la sécheresse, donc l’appauvrissement des populations. Il existe des solutions. Encore faut-il que nos Etats aient la volonté de mettre l’accent sur le développement régional, la décentralisation. Il est clair que, quand on n’a pas d’infrastructures routières, quand on n’a pas des équipements pour impulser le développement local et régional, petit à petit, de larges pans de la population sont des exclus de ce développement. . http://www.rfi.fr/emission/20180306-afrique-lazare-ki-zerbo-attaques-burkina-spirale-infernale-gsim
-  25/04  -  Le Quai d'Orsay rappelle que tout voyage au Burkina-Faso nécessite une grande vigilance et un enregistrement sur Ariane et un signalement auprès du Consulat. Depuis 2016, le pays subit des attaques terroristes qui obligent les voyageurs à une très grande prudence. (Carte ci-dessous) (https://www.tourmag.com/Burkina-Faso-les-voyageurs-doivent-se-signaler-aupres-du-Consulat_a92951.html)
-  11/06  -  Pierre Rabhi  L’agroécologiste revient sur son enfance et les deux cultures qui l’ont façonné.
   « Je me suis engagé dans la promotion de l’agroécologie, cette agriculture du pauvre qui affranchit le paysan de la culture d’exportation menée à coups d’engrais et de pesticides, et qui répond à ses besoins parce que c’est une agriculture élaborée, accessible à tous sans bourse délier et régénératrice des sols. J’ai commencé à donner mes premiers stages d’initiation à cette méthodologie. En Ardèche d’abord, puis, à partir du début des années 1980,
au Burkina Faso où je me rendais régulièrement » (…) 
  
Votre souvenir le plus fort de ce retour en Afrique ? « La rencontre avec les paysans illettrés, qui ne savent ni lire ni écrire et qui ont développé une mémoire fabuleuse… Le monde de l’oralité. J’ai autant appris d’eux que je leur ai appris. Le seul moment où j’ai rouspété, c’est quand j’ai découvert à Gorom-Gorom, dans le nord du pays, que les délégués qui venaient suivre les sessions de formation pour ensuite les enseigner dans leur village étaient à 80 % des hommes. J’ai demandé des sessions de femmes, et j’ai compris alors que c’était la femme qui portait la société. C’est elle la première levée, c’est elle qui allaite l’enfant, qui fait cuire le peu qu’il y a à faire cuire, qui se charge de la corvée d’eau, de bois, qui gère les ressources… Ce sont des héroïnes extraordinaires. »
  
Au Burkina Faso, vous faites une autre rencontre : celle du président Thomas Sankara, qui est convaincu par vos idées… « Tellement convaincu qu’il voulait me charger de l’agriculture du pays et d’appliquer nos méthodes au plan national. J’étais en train de préparer un programme dans ce sens quand Sankara a été assassiné, en 1987. Et tout s’est arrêté. Si on avait mené à bien ce projet, ce pays aurait été exemplaire dans ce domaine… C’est un des plus grands regrets de ma vie. » (https://abonnes.lemonde.fr/la-matinale/article/2018/06/10/pierre-rabhi-c-est-en-lisant-les-philosophes-que-j-ai-trouve-des-reponses_5312423_4866763.html)
-  16/06  -  La célébration de la Journée mondiale de l’enfant africain ce 16 juin 2018 est l’occasion pour Kobo Maurice Ouédraogo, conseiller de programme à Plan international en charge du partenariat avec les autres organisations d’annoncer que le défi est de ne laisser aucun enfant burkinabé en marge du développement économique et social. (https://www.vivafrik.com/2018/06/16/burkina-faso-journee-mondiale-de-lenfant-africain-lenfant-au-coeur-du-developpement-economique-et-social-a17911.html)
-  17/06  -  De la laïcité béate à l’athéisme d’Etat au Burkina Faso : Nos Etats du G5-Sahel doivent combattre le terrorisme, la radicalisation et l’extrémisme violent ; mais ce n’est pas parce qu’ils sont harcelés et désemparés qu’ils doivent faire feu de tout bois, même en faisant de la laïcité leurs marchepieds. Nous l’avons chèrement acquise au 20ème siècle finissant, cette laïcité. Or ces cinq dernières années, l’Etat burkinabé, en particulier, a fait montre de grabuge avec la laïcité. « La laïcité à l’Occidental est-elle adaptée à nos réalités ? ». La question est rhétorique et venait du ministre burkinabé…(http://lefaso.net/spip.php?article83989)
-  26/06  -  Maître Franceline TOE-BOUDA a été élue comme l’un des 23 experts membres du Comité des Nations unies pour l’Elimination de toutes les formes de Discrimination à l’égard des Femmes (CEDEF) (http://lesechosdufaso.net/maitre-franceline-toebouda-elue-membre-comite-nations-unies-lelimination-de-toutes-formes-de-discriminations-a-legard-femmes/)
-  26/06 b -  Formation de 150 femmes et jeunes filles en agroalimentaire et en gestion d’entreprise dans la région des Hauts-Bassins (trois provinces de la région à savoir le Houet, le Kénédougou et le Tuy.) Le département en charge de la Femme a bénéficié, à ce titre, d’une enveloppe financière de 225 millions de francs CFA qui devrait être utilisée pour la formation et l’équipement de ces femmes en technologie. (http://lefaso.net/spip.php?article84164)
-  28/06  -  Le Burkina a connu en 2017, des poches de sécheresse dans de nombreuses localités, entrainant des déficits céréaliers importants. Le ministère en charge de l’Agriculture estime le déficit céréalier à 477 000 tonnes. Distribution gratuite de 600 tonnes de céréales (375sorgho blanc et 225 de haricot) sur fonds propre de Plan international « Le choix d’offrir du sorgho blanc à la population est une bonne chose parce que ça reste dans leurs habitudes alimentaires. Ici en saison des pluies, c’est le haricot qui est également cuisiné. Pendant cette période, il y a le beurre de karité pour accompagner et améliorer la qualité nutritionnelle. Pour cela, je remercie Plan international qui agit dans la philosophie qu’il a toujours soutenue depuis le temps. » (http://lefaso.net/spip.php?article84231)
-  03/07  -  La voute nubienne, une méthode de construction en terre pour l'Afrique.
Le succès de cette méthode de construction en terre cuite donne espoir aux partisans de la construction en matériaux traditionnels africains. Le succès de la technique tient à une multitude de facteurs. “Le premier, c’est que c’est moins cher que la tôle et le ciment et bien plus solide, le deuxième, c’est que le confort thermique est meilleur, le troisième c’est que la main-d’œuvre comme le matériau sont locaux” Ce modèle économique crée des emplois non délocalisables, pérennes et solides. “Des agriculteurs deviennent même maçons à la saison sèche, quand ils n’ont pas d’activités au champ”, Le second avantage, c’est que ces artisans peuvent continuer à faire la publicité du mode de construction. Car il faut convaincre les populations que la terre peut les abriter confortablement. Dans les campagnes africaines, le but c’est de quitter la case en bois et torchis pour acquérir une maison en ciment et tôle. Et tant pis si ces matériaux importés rendent les maisons extrêmement chaudes. (https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/climat/la-voute-nubienne-une-methode-de-construction-en-terre-pour-l-afrique_125506)
-  05/07  -  A Ouagadougou, des dispositions ont été prises pour lutter contre le mariage précoce. Le Burkina Faso est le 6e pays au monde où la prévalence du mariage d’enfants est la plus élevée. Cette jeune adolescente qui va donner naissance est bien moins équipée qu’une femme adulte, pour pouvoir appuyer son enfant dans son développement psychomoteur. Une telle pratique n’est pas sans conséquence. Elle impacte directement la croissance démographique et ralentit le rôle central que pourraient jouer ces enfants dans le développement du pays…(http://lefaso.net/spip.php?article84349)
-  07/07  -  Le 4e Week-end du travailleur préfère l’entreprenariat à l’immigration. Pour Thérèse Damani/Coefé, des jeunes meurent en mer en allant chercher l’eldorado. Elle a invité deux entrepreneurs qui ont commencé avec pratiquement rien et qui sont devenus des modèles de nos jours.( https://burkina24.com/2018/07/07/burkina-le-4e-week-end-du-travailleur-prefere-lentreprenariat-a-limmigration/#comment-618547)
-  07/07  -  Le coup d’État de 2015 au Burkina Faso, “attaque contre la sécurité de l’Etat”. Quatre-vingt-quatre accusés sont jugés au cours de la tentative de renversement en septembre 2015 du gouvernement de transition, qui a pris le pouvoir après le renversement du président Blaise Compaoré un an plus tôt. Derrière le coup d’Etat se trouvait une unité d’élite de gardes présidentiels fidèles à Compaoré, qui a pris en otage les dirigeants du pays avant d’être contrecarrée par des manifestants de rue soutenus par l’armée qui ont attaqué la caserne des comploteurs. Quatorze personnes sont mortes et 270 ont été blessées dans les troubles. 2 généraux considérés comme les meneurs – Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, qui a servi comme ministre des Affaires étrangères sous Compaoré.( https://intellivoire.net/burkina-faso-un-accuse-a-reconnu-que-les-evenements-de-2015-avaient-ete-une-attaque-contre-la-securite-de-letat/)
-  13/07  -  Plan International. Monsieur Yaouba KAIGAMA nouveau Représentant Résident de Plan International au Burkina Faso. Mr. KAIGAMA a rejoint Plan International au Burkina Faso au moment où l’organisation vient de fusionner avec l’ONG de développement BØRNEfonden. Mr. KAIGAMA remplace ainsi Dr. Fatoumata HAIDARA, une année après son départ pour le poste de Directrice du Sahel, responsable du management de P.I. au Burkina Faso, au Mali, au Niger, au Sénégal et en Guinée Bissau. Elle a aussi confié que la Directrice Exécutive de l’organisation basée à Londres appréciait beaucoup le programme du Burkina Faso qu’elle cite comme modèle de transformation organisationnelle, et qui avait tout son appui. (http://lesechosdufaso.net/monsieur-yaouba-kaigama-nouveau-representant-resident-de-plan-international-burkina-faso/)

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil  »  Le Burkina Faso 1  »  Burkina Faso 2